1) Le fonctionnement de la machine Enigma

Dans cette partie, nous verrons que les mathématiques prédominent dans de nombreux systèmes de cryptage.

Enigma est la machine à chiffrer et déchiffrer qu'utilisèrent les armées allemandes du début des années trente jusqu'à la fin de la Seconde Guerre Mondiale. Cette machine ressemble à une machine à écrire. Le codage Enigma est à la fois simple et astucieux. Chaque lettre est remplacée par une autre. La machine Enigma est alimentée par une pile électrique. Quand on appuie sur une touche du clavier, un circuit électrique est fermé, et une lampe s'allume qui indique la lettre codée obtenue.

La machine enigma est composée de différents éléments. Nous allons expliquer le rôle de chacun d'entre eux.


-Un double clavier : le premier étant celui sur lequel on tape le message à coder, et le deuxième, composé de petites lampes, correspond aux lettres codées du message. Lorsque le cryptographe tape sur une touche du clavier, la lettre correspondante s'allume sur le clavier.

- Un interrupteur : il en existe un pour chaque lettre. Il permet de faire passer le courant entre le clavier et le tableau de connexions.

- Le tableau de connexions : il est le lien entre la lettre tapée et la lettre chiffrée. Il permet d'échanger des paires de l'alphabet, deux à deux, grâce à des fiches.

- Le disque d'entrée : Il fait passer le courant électrique dans les rotors.

- Les rotors : Ce sont également des permutations. A chaque lettre en entrée correspond une autre lettre. En effet, le rotor est un ensemble de connexions électriques rotatives. Un ou plusieurs rotors varient d'une position.

On peut les mettre les uns à la suite des autres pour augmenter la fiabilité. A chaque fois qu'on tape une lettre, le premier rotor tourne d'un cran, et la permutation est changée.
Sur le schéma précédent, on peut observer que le rotor transforme initialement D en B. Lorsqu'il tourne d'un cran, cette liaison électrique D--->B se retrouve remontée en C--->A.



Chaque rotor possède 26 positions. Après 26 lettres, il est revenu à sa position initiale, et le second rotor tourne alors d'un cran. On recommence à tourner le premier rotor, et ainsi de suite... Quand le second rotor a retrouvé sa position initiale, c'est le troisième rotor qui tourne d'un cran. Au bout des 3 rotors se situe une dernière permutation qui permet de revenir en arrière. On permute une dernière fois les lettres 2 par 2, et on les fait retraverser les rotors, et le tableau de connexion. Ce système a lieu grâce au réflecteur.

Pour mieux comprendre le fonctionnement de cette machine, nous allons prendre un exemple. Nous souhaitons coder la lettre A.
- On traverse le tableau de connexions et on obtient C
- Après les 2 rotors, on obtient A puis F.
- Puis le réflecteur nous donne la lettre E.
- Le réflecteur renvoie dans les rotors la lettre E où l'on obtient la lettre F puis A.
- Pour finir, on arrive à la lettre A après le tableau de connexions.

Les permutations employées dans les rotors et les réflecteurs ne peuvent pas être considérées comme faisant partie du secret. En effet, toutes les machines utilisent les mêmes, il suffit donc d'en avoir une à disposition pour pouvoir décrypter les messages codés. Les Anglais, par exemple, en ont récupéré une pendant la guerre dans un sous-marin coulé. C'est le principal point faible de la machine Enigma. En revanche, le nombre énorme de clés et la réversibilité des connexions rendent les possibilités très nombreuses(1016), ce qui est énorme pour l'époque.

-->

© Burtin Anne, Burtin Hélène, Stocklouser Jordy & Wolff Emilie

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site